A-t-on le vertige en avion ?

Les jambes qui flageolent, la sensation de tête qui tourne dès que vous montez sur une chaise : pas de doute, comme environ une personne sur deux, vous êtes sensible à la peur du vide, plus communément appelée « vertige ». Mais savez-vous pourquoi ? Et surtout, peut-on avoir le vertige en avion ?

Vous aussi vos jambes tremblent à la vue de cette image ?

Le vertige, une perturbation de l’équilibre

Pour que notre corps reste en équilibre, le cerveau compile les informations émanant de différents systèmes : les muscles, les yeux, l’oreille interne et le cervelet.

Dès que les renseignements se contredisent, le cerveau ne sait plus où donner de la tête et les instructions se bousculent.

Lorsque vous montez sur une échelle ou en haut d’une tour, vos yeux visualisent le vide devant vous, tandis que vos pieds indiquent qu’ils touchent le sol. L’oreille interne, qui assure la fonction de l’équilibre, reçoit donc deux indications opposées, entrainant cette sensation de tournis que vous connaissez si bien. Rien de grave à cela. En effet, il suffit souvent de regarder au loin ou de se concentrer sur sa tâche pour supprimer la mauvaise information envoyée par la vue.

Dans les cas extrêmes, on parle d’acrophobie, mais en réalité, une très petite minorité est concernée. Cette phobie se déclenche à la simple évocation de se retrouver en hauteur et va entrainer des comportements d’évitement. Cela peut vite devenir handicapant socialement. Dans ce cas, un psychothérapeute ou une thérapie comportementale par exemple peuvent vous aider efficacement.

Impossible d’avoir le vertige en avion

Les personnes sensibles au vertige peuvent être stressées à l’idée de monter dans un aéronef, mais soyez rassurés : vous n’aurez pas le vertige une fois assis dans l’aérodyne.

Comme nous l’avons vu, il s’agit d’un désaccord entre les sensations. Or vos pieds n’étant plus reliés au sol et étant en position assise, le cerveau n’a plus cette impression de chute.

En effet, lorsque vous êtes en avion, vos pieds sont également dans le vide, cela correspond à ce que perçoivent vos yeux. Il n’y a plus de dissonance entre les informations et donc plus de sensation de déséquilibre.

C’est aussi pour cela que les enfants y sont nettement moins sensibles. Leur cerveau ne faisant pas le lien avec un risque de chute, ils n’ont pas encore acquis cette notion du danger lié au vide.

Le mal des transports en ULM

En revanche, le mal des transports est un phénomène différent, bien qu’il s’agisse là encore d’un désaccord entre les informations parvenant au cerveau. Certaines molécules telles que la métopimazine ou des antihistaminiques permettent de traiter efficacement ce trouble. Demandez toujours les conseils de votre médecin ou de votre pharmacien.

La sensation de nausée peut-être accentuée lorsqu’il fait chaud. Heureusement, la cabine du Tétras est équipée d’aérateurs sur les deux portes, que vous pourrez régler à votre guise. Quant au Stampe, c’est encore mieux, car vous volez à l’air libre et les cheveux au vent !

Vous pouvez donc profiter de votre baptême de l’air en Tétras ou en Stampe biplan en toute sérénité. Dans tous les cas, parlez de vos appréhensions à votre pilote avant d’embarquer. Il adaptera le vol, vous donnera de précieux conseils et saura vous rassurer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.